25 novembre 2010

Le tourbillon

Je suis dans une grande ville comme paris. Il ya des trains ou métro aériens qui
passent , du monde et du bruit. Il n’y a pas de couleur enfin si il ya que du
marron un dégradé de marron comme dans les photos sépia ou alors comme si tout
ce qui nous entoure vivait l’automne et prenait ses couleurs.( quand je l’ai
revu en réalité, il portait une veste marronnée, ressemblant
fortement à celle que je portais en seconde)
Je suis dans un des quartiers branchés de la ville. Je regarde au travers des
fenêtres des bars, je suis seule et je suis triste, je suis à la recherche de
JC. Je sais qu’il n’ait pas loin dans un de ces bars.
Je finis par le trouver, je regarde par la fenêtre, je le vois très nettement,
c’est bien lui avec un grand manteau. Il est assis autour d’une table
rectangulaire et massive avec des amis. Là il parle, il semble animé et tenir
une vraie conversation. Ses amis l’écoutent, il a de la force.
Je suis malheureuse car je n’ai pas le droit à tout cela moi. Il ne me parle
plus, ne me regarde plus, ne vit plus en ma présence. J’envie tous ces amis pour
ce qu’il leurs donne.
Je veux pleurer.
(Ça me rappelle ce qui se passe, c’est mon malheur ça, de ne plus avoir de
paroles ni rien de sa part, que le vide, le néant)
Je veux essayer de le retrouver de prendre un verre avec lui seule, car lorsque
je suis dans le même café que lui-même si il y a ses amis, il se terre dans un
silence, les yeux dans le vide et des que je pars il s’anime. (en réalité, je
suis jalouse de sa dernière petite copine dont il mets le travail en valeur sur
son site, j’ai l’impression qu’il la respecte et son travail aussi, pas comme
moi qui ne suit qu’un objet de désir, ça me met en colère, et je peux pas lui en
parler , il hurle.)
Donc je me retrouve seule le jour suivant à marcher le long des bars dans la
nuit enfin toujours dans cette couleur marron et je continue à cherche JC, je ne
le trouve pas , je le cherche, je pleure, il y a du vent je suis dans un
tourbillon rectiligne qui m’absorbe le long des rues, j’avance sans marcher
c’est le vent qui m’emmène, et tout est flou au loin, je cherche JC, je ne le
trouve plus, il me manque.

Posté par Chati à 11:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur Le tourbillon

Nouveau commentaire